Dernières actualités
1 Fév 2024,
Hotel romantique à Lyon, idée cadeau Saint Valentin, activité romantique pour la Saint Valentin… À l’approche du 14 Février, vous êtes nombreux à taper ce genre de chose dans la barre de recherche, n’est-ce pas ? Si on peut vous donner un bon conseil : les chocolats seront vite mangés, les fleurs finissent par faner et un […]
Menu
Le 27 Mai 2021,

Une histoire

« Le Globe et Cecil c’est ma maison. J’y ai grandi pendant 20 ans… Chaque recoin a une histoire, une odeur, une émotion qui me rappelle la chance qui m’est donnée de faire grandir ce projet. »

DES SOUVENIRS À JAMAIS ANCRÉS…

Ce lieu c’est avant tout la maison dans laquelle j’ai grandi…Notre appartement du 1er étage, m’a offert une enfance singulière et magnifique, dorée mais cadrée. Tous les matins, j’ai profité d’un petit-déjeuner d’hôtel … alors qu’il était hors de question que ma chambre ne soit pas rangée.

En rentrant de l’école, j’adorais retrouver l’odeur rassurante du rôti de veau de ma mère, celle de son gâteau au chocolat, tout comme celle de la pipe de mon grand-père, émanant de son bureau et accompagnée du bruit de son horloge.

Je me souviens de mes visites dans les nombreux chantiers de l’hôtel, à observer les travaux. Certaines entreprises de l’époque, comme mon électricien, travaillent toujours à mes côtés.

Alors, vous l’aurez compris, j’ai une attache viscérale pour ce lieu.

…AU BESOIN D’ÉCRIRE L’AVENIR

C’est en 2009 que mon projet de reprise s’amorce… Sans vraiment savoir très consciemment ce que je veux faire, je ressens que je ne peux pas laisser partir cette maison dans d’autres mains sans tenter quelque chose.

En août, j’ai donc proposé à ma mère un projet de rachat. Elle a accepté. J’ai foncé !

A l’époque, peu de gens ont cru en mon projet. On jugeait qu’il était trop dangereux de se lancer dans la reprise d’une affaire familiale aussi fortement liée à l’image de ma mère, qui s’était investi dès 1966, lors du rachat de l’hôtel par mon grand-père. Bien plus qu’une entreprise, je reprenais une histoire… à moi d’en faire quelque chose.

Loïc Renart